Grossesse Nerveuse

Grossesse Nerveuse

de lecture

Nous avons presque toutes eu des moments où nous pensions être enceintes alors qu'en fait nous ne l'étions pas. Peut-être avez-vous eu vos règles avec quelques jours de retard, et vous avez eu "ce sentiment" qu'une grossesse était en cours.

Peut-être avez-vous en fait sauté une période et pensé que vous aviez des signes de grossesse. Il se peut même que vous ayez eu des signes de grossesse précoce, comme des nausées ou des seins douloureux.

Mais en général, vos soupçons (ou vos espoirs) sont facilement dissipés par l'arrivée de vos règles ou par un test de grossesse négatif. Ce genre de situation est courant pour la plupart des femmes, à quelques reprises au cours de leur période de procréation : une intuition qu'elles sont enceintes - et peut-être même quelques légers symptômes de grossesse - uniquement pour découvrir que ce n'était pas vrai.

Mais il existe un autre phénomène où une femme ressent les signes des symptômes de la grossesse de manière beaucoup plus prononcée, avec des signes physiques de grossesse parfois évidents et prononcés, notamment des règles manquées, un abdomen qui se développe et même des coups de pied du bébé.

Ce phénomène est appelé pseudocyesis, également connu sous le nom de fausse grossesse, ou grossesse fantôme.

Il s'agit d'une affection relativement rare, mais grave, dans laquelle une femme présente de nombreux symptômes de grossesse et croit de tout cœur qu'elle est enceinte, mais en fait elle ne l'est pas du tout.

1) Qu'est-ce qu'une grossesse fantôme ?

Connue officiellement sous le nom de pseudocyesis, une grossesse fantôme ou fausse grossesse se produit lorsqu'une femme croit qu'elle est enceinte alors qu'elle ne l'est pas. Le phénomène est assez rare, mais pour les femmes qui en font l'expérience, il est tout à fait réel ... réel dans le sens où elles se sentent psychologiquement enceintes et peuvent même manifester certains symptômes physiques, mais il n'y a pas de véritable bébé qui grandit, pas de test de grossesse positif, pas de battements de cœur du fœtus et pas de confirmation par échographie.

2) La pseudocyésis est-elle courante ?

Selon l'Indian Journal of Psychiatry, la pseudocyose est très rare.2 Bien qu'on sache qu'elle existe depuis l'Antiquité - elle a été décrite par Hippocrate en 300 avant J.-C. - de nos jours, elle n'est pas courante dans la population générale.

A. Voici quelques faits à connaître sur les incidences de la pseudocyose

Dans la population générale, la pseudocyose se produit dans environ 1 à 6 naissances sur 22 000

L'Afrique a une prévalence plus élevée, avec une femme sur 160 souffrant d'infertilité qui présente des signes de pseudocyose

La plupart des cas de pseudocyèses se produisent chez les femmes en âge de procréer, entre 20 et 44 ans

On sait que la pseudocyose se produit chez les femmes de tous âges, y compris les très jeunes et les très vieilles

Rarement, une pseudocyose se produit chez l'homme : on parle alors de "grossesse sympathique" ou de couvade

80% des personnes qui font l'expérience de la pseudocyose sont mariées

Vous pouvez faire l'expérience de la pseudocyose plus d'une fois dans votre vie

B. Attente de la prise de poids du père : La vérité sur le syndrome de couvade

Quelle peut être la cause d'une grossesse fantôme ? Il existe quelques possibilités quant aux raisons de ce phénomène.

Les experts soupçonnent que la plupart des grossesses fantômes se produisent en raison d'une boucle de rétroaction corps-esprit, dans laquelle une forte émotion provoque une élévation des hormones, qui à son tour entraîne des symptômes physiques qui imitent ceux d'une véritable grossesse. Cette forte émotion pourrait être de l'anxiété face à des problèmes de fertilité, par exemple, ou un deuil intense à la suite d'une perte de grossesse. Dans ces cas-là, lorsque le désir de grossesse est fort, l'esprit exerce une influence étonnamment puissante sur le corps, générant des symptômes de grossesse alors qu'il n'y a pas de bébé in utero. En substance, la croyance qu'il y a une grossesse sert de défense contre la confrontation avec une réalité difficile, offrant de l'espoir et réduisant les sentiments de perte, de colère, de chagrin, de jalousie et de dépression qui peuvent avoir résulté d'années d'infertilité ou de pertes de grossesse.

Dans certains cas, un état physique - une tumeur ovarienne ou hypophysaire, par exemple - peut être la cause de niveaux hormonaux élevés, d'une hypertrophie abdominale et de règles manquées.

La dépression en soi est également considérée comme un facteur de risque dans les grossesses fantômes, souvent à cause de luttes pour l'infertilité ou de pertes de grossesse réelles.

3) Symptômes d'une grossesse fantôme

Les femmes qui vivent une grossesse fantôme peuvent présenter un grand nombre, voire la totalité, des signes physiques que l'on associe normalement à une grossesse, notamment

Absence de règles

Tendresse et élargissement des seins

Élargissement de l'abdomen

Nausées

Vomissements

Gain de poids

Fréquence urinaire

Besoins alimentaires

Sensation de mouvement du fœtus

Dans certains cas, une femme qui vit une grossesse fantôme peut présenter des taux élevés d'œstrogènes ou de prolactine, ce qui peut expliquer certains des symptômes physiques - ainsi que les symptômes psychologiques (comme le désir de se lier à un bébé) - d'une grossesse fantôme.

A. Que faire en cas de grossesse fantôme ?

Dans une grossesse fantôme, la femme continue de nier la preuve (disons, d'une échographie) qu'elle n'est pas réellement enceinte, et il lui est extrêmement difficile d'avaler la réalité, car cela l'exposera à tous les sentiments psychologiques - le chagrin, la tristesse, l'anxiété, l'envie - dont elle essayait de se protéger. Il sera important pour elle d'avoir un système de soutien - son partenaire, son praticien et un psychologue/psychiatre - qui abordera sa situation avec compassion et attention, en reconnaissant qu'elle vit un traumatisme et qu'elle est en deuil, tout en l'aidant à accepter la vérité.

Le phénomène de la grossesse fantôme est très rare, mais pour la femme qui le vit, il semble très réel. Le soutien et les soins émotionnels seront essentiels pour aider la future maman pleine d'espoir à accepter la vérité et à aller de l'avant de manière saine.

B. Tests et diagnostic

En fin de compte, la seule façon de savoir avec certitude si une personne est en train de subir une pseudocyose est de lui faire passer un test de grossesse ou une échographie. Habituellement, il s'agit d'un test qui vérifie la quantité de gonadotrophine chorionique humaine (HCG) dans le sang ou l'urine. Le test le plus définitif pour vérifier la grossesse est l'échographie qui vérifie la présence ou l'absence d'un fœtus en développement.

S'il est démontré par un test qu'une femme n'est pas réellement enceinte, mais qu'elle croit l'être et présente des symptômes de grossesse, on lui diagnostiquera probablement une pseudocyose. Si l'absence de grossesse est confirmée, mais que des symptômes physiques persistent, d'autres tests peuvent être administrés pour exclure d'autres problèmes médicaux, tels que des déséquilibres hormonaux ou la croissance d'une tumeur.

Dans la plupart des pays développés, la pseudocyose est rare simplement parce que lorsqu'une femme soupçonne qu'elle est enceinte, elle se rend chez un gynécologue qui peut lui administrer des tests pour lui dire si elle vit une grossesse viable.

Cependant, dans les régions du pays où les soins médicaux sont plus difficiles à obtenir, ou dans les régions du monde où les femmes ne sont vues que plus tard dans leur grossesse, la pseudocyose est plus fréquente.

Cependant, la pseudocyose peut être courante chez les femmes qui souffrent de troubles psychologiques, quel que soit leur statut socio-économique ou leur accès aux soins gynécologiques.

C.Traitement

Pour certaines personnes qui connaissent un épisode de pseudocyésis, les résultats de tests ou une échographie qui leur indique qu'elles ne sont pas enceintes suffisent à faire diminuer bon nombre de leurs symptômes de grossesse, surtout s'ils ne sont pas causés par d'autres problèmes médicaux.

Mais pour de nombreuses personnes souffrant de pseudocyèses, même la preuve qu'elles ne sont pas enceintes ne les convainc pas. Dans ce cas, elles peuvent avoir besoin d'être prises en charge par un psychiatre ou un psychologue. Dans certains cas, des médicaments psychotropes, en combinaison avec une psychothérapie, peuvent être utiles.

Consulter votre médecin traitent avant toute prise de médicament.

Ce que vous devez savoir avant de prendre des médicaments psychotropes

D. Aider un être cher

Il est important de comprendre que la pseudocyose est une question très complexe. La personne qui fait l'expérience de la pseudocyose croit généralement fermement qu'elle est enceinte, et il peut être difficile d'argumenter avec quelqu'un qui présente réellement des symptômes de grossesse.

Lorsqu'il est confirmé que ce que cette personne vit n'est pas une grossesse réelle, le chagrin qui s'ensuit peut être intense. Parfois, il sera pratiquement impossible de convaincre une personne qui a vécu une pseudo-cyose qu'elle n'est pas enceinte.

Si vous vous occupez d'un être cher qui a vécu une pseudo-cyèse, il est important de faire preuve de douceur. Très souvent, la pseudocyésis découle du traumatisme d'avoir perdu une grossesse ou d'avoir connu l'infertilité.

S'occuper d'une personne atteinte de pseudocyose doit impliquer un fort élément de compassion et un équilibre délicat entre la validation des sentiments de cette personne et la reconnaissance des faits de la situation.

La pseudocyose est traitable et peut se résoudre, mais elle peut être douloureuse pour la personne qui la subit ainsi que pour ses proches. Soyez donc aimable et encouragez également votre proche à demander une aide professionnelle lorsque la situation le justifie.

4) Conclusion

Bien qu'elles soient extrêmement rares, les fausses grossesses se produisent également chez les hommes. Contrairement aux femmes, les fausses grossesses chez les hommes ont tendance à se produire chez des personnes souffrant de graves maladies mentales. Par exemple, une étude de cas réalisée en 1995 en Virginie décrit un homme de 43 ans atteint de schizophrénie qui souffrait d'hallucinations auditives et visuelles persistantes et qui a fait des séjours dans des hôpitaux psychiatriques toute sa vie avant de croire qu'il était enceinte.

Mais les hommes en parfaite santé peuvent ressentir des symptômes voisins de la grossesse, ce qui renforce l'idée qu'il n'est pas nécessaire d'être un grand yogi pour que notre esprit ait un impact profond sur notre corps. Bien qu'ils ne souffrent d'aucune illusion sur leur grossesse et qu'ils soient totalement conscients du fait que les hommes ne peuvent physiquement jamais concevoir, certains hommes ressentent des symptômes de grossesse pendant la grossesse de leur partenaire par sympathie pour ce que celle-ci traverse. Les symptômes ont tendance à inclure ceux qui sont généralement associés à la grossesse, comme les maux de dos et la prise de poids. Il s'agit d'une réaction trop marquée.

Comme pour toute illusion, il est difficile de convaincre quelqu'un qui est si sûr d'être enceinte que tout est dans sa tête. Une échographie montrant de façon définitive qu'il n'y a pas de bébé dans l'utérus ne suffit souvent pas. Certaines patientes, après une échographie, insisteront sur le fait que le médecin a regardé au mauvais endroit et a raté le bébé. Une thérapie est recommandée, mais la plupart des patients n'y vont pas car ils sont convaincus qu'il n'y a rien de mal à cela. Il est extrêmement difficile de briser un délire : si vous dites à une patiente convaincue d'être enceinte que ce n'est pas réel, vous perdrez votre alliance avec elle et elle ira simplement voir un autre médecin.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.